23/07/2018

Une arme retrouvée dans un cercueil à Lyon

Incroyable, n'est-ce pas ? Mais, cela est bien vrai. Eh oui, retrouver une arme dans un cercueil relève effectivement de l'extraordinaire. C'est pourtant ce que l'on a récemment constaté à Lyon, à quelques heures de la crémation du défunt.
 

life-864389_960_720.jpg

Procédure d'inhumation à Lyon

Comme à l'accoutumée, les entreprises de pompes funèbres à Lyon comme PF Lutèce désignent des sociétés dont le personnel est chargé de l'organisation des funérailles d'une personne décédée. Il s'agit en fait d'un groupe de personnes qui se charge de la préparation du corps, du transport du cercueil (dans certains cas) et de quelques autres tâches, dont la crémation. Voilà donc la procédure d'inhumation qui est habituellement adoptée en France ! Principalement à Lyon, les services de pompes funèbres procèdent aussi au scannage du cercueil. Il s'agit de l'une des dernières étapes qui préparent à l'incinération au crématorium. Quel en est l'objectif ? Eh bien, le scannage du cercueil avant la crémation permet de détecter la présence de tout éventuel objet qui pourrait endommager l'appareil utilisé à cette fin. Fort heureusement, ce scannage a permis de retrouver un objet inhabituel dans le cercueil.

Et c'est dans la boite !

Ce n'était assurément pas une première pour ces agents de pompes funèbres de trouver un objet à l'intérieur d'un cercueil. À plusieurs reprises déjà, des objets intrus tels que des pacemakers ont déjà été décelés. Mais, cette fois-ci, c'est différent. Le scanner a révélé la présence d'un objet qui avait l'allure d'une arme aux côtés du défunt. Les autorités furent alors immédiatement saisies afin que l'on procède à l'ouverture du cercueil. Que ne fut pas la surprise de tout le monde (enfin, à l'exception du coupable qui ne se trouvait justement pas bien loin) lorsque l'on se rendit à l'évidence qu'il était question d'une arme à feu ?

Comment est-ce donc possible ?

Retrouver un pistolet auprès d'un cadavre soulève naturellement des interrogations. Plusieurs scénarios peuvent être imaginés : celui de la dissimulation d'une arme de crime serait le plus évident. Des investigations furent alors naturellement menées par les autorités compétentes afin de faire la lumière sur le sujet. Dans cette foulée, la veuve fut interpellée et soumise à des interrogations pertinentes. Il n'en a pas fallu beaucoup pour que la vérité soit découverte. De son vivant, le défunt mari était un chasseur. Son épouse jugea juste de le faire accompagner de son fidèle pistolet dans son dernier voyage. Voilà donc la provenance du fameux pistolet !

Dénouement de l'histoire

Aussi justifié que cela puisse paraître, il n'est malheureusement pas permis d'insérer un pistolet dans un cercueil. En tout cas, pas à Lyon ! L'objet intrus devrait donc être enlevé. Par contre, selon l'article R.2213-42 du Code général des collectivités territoriales, un cercueil ne peut être ouvert que cinq ans après sa fermeture. Il a donc fallu saisir le procureur de la République afin d'obtenir son autorisation pour cette opération peu courante. C'est ainsi que le fameux pistolet fut enlevé du cercueil qui a pu enfin passer au crématorium.

14:53 Publié dans Droit | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.