24/09/2018

Quels sont les effets de la sécheresse pour l'agriculture ?

Le climat change. Il fait de plus en plus chaud et la pluie de fait de plus en plus rare. L’année 2018 a subi un des étés les plus chauds et les plus secs depuis de très nombreuses années. Cette sécheresse touche de plein fouet le domaine agricole et présente naturellement des effets sur les plantations mais aussi sur les animaux.


Un triste constat

La France est un pays qui à première vue ne souffre pas de la sécheresse. Elle présente plus de 2 000 milliards de m³ d’eau souterraine et un réseau hydrométrique important. Ses pluies régulières permettent d’arroser les terrains de façon régulière. Mais ce tableau n’est en réalité pas aussi idyllique. L’été a toujours été une période délicate pour les agriculteurs.

Les réserves d’eau hivernales sont épuisées et l’évaporation due à la chaleur assèche les sols. Pour que l’agriculture ne souffre pas de cette période chaude, il faut des pluies qui seront absorbées immédiatement par les végétaux. Cet équilibre peut toutefois être rompu par un été sec et chaud. C’est ce qui s’est passé cet été. Cette année, plus de 30 départements français ont été placés en vigilance sécheresse dès la mi-juillet. Certains départements sont même en alerte renforcée, ce qui limite l’utilisation de l’eau aux nécessités de base - santé, eau potable, salubrité.

Les effets de la sécheresse sur l’agriculture

S’il fait trop chaud, les cultures peuvent souffrir et nécessitent plus d’eau pour pousser sans souci. Mais lorsque la météorologie n’est pas généreuse en pluie, la sécheresse pointe le bout de son nez. Il existe deux types de sécheresse. La sécheresse agricole qui concerne le manque d’eau dans les champs et la sécheresse hydrologique, qui est liée au niveau de l’eau dans les réserves et les cours d’eau.

Cette sécheresse hydrologique prend bien souvent sa source dès l’hiver et au printemps. Si ces deux saisons sont particulièrement sèches, les réserves s’épuisent et la terre ne peut plus puiser en profondeur l’humidité nécessaire à la pousse des végétaux. En période de sécheresse agricole, l’agriculteur devra arroser pour voir sa production grandir. Toutefois, les agriculteurs situés dans les départements en alerte renforcée - ou en sécheresse hydrologique - ne peuvent pas irriguer leurs champs toutes les nuits, les réserves d’eau étant insuffisantes. Ce manque d’eau représente un grand risque pour les végétaux - tomates et cucurbitacées en tête, ces plantes nécessitant beaucoup d’eau.

En effet, un manque d’eau trop important sur la durée est un danger pour toutes les plantes et peut même tuer des arbres fruitiers. Même la vigne qui supporte bien la chaleur peut si elle manque d’eau trop longtemps périr. La chaleur a aussi un effet non négligeable sur les animaux d’élevage. Les vaches ne pourront pas brouter une belle herbe verte, gorgée d’eau. La sécheresse touche également les alpages de Savoie et Haute-Savoie qui se voient dans l’obligation de trouver une nourriture supplémentaire - paille et luzerne - pour nourrir suffisamment bien leurs bêtes. Cette année, tous les agriculteurs ont dû sortir la paille normalement réservée à l’alimentation hivernale pour nourrir leurs animaux.

Des impacts importants

L’impact de la sécheresse sur les productions agricoles va dépendre naturellement du type de végétaux cultivés mais aussi du lieu de l’exploitation. Cette année, ce sont les agriculteurs de l’Est du pays qui ont connu les plus grandes pertes. Ainsi, le colza - plante qui aime l’eau - a vu sa production chuter de plus de 14%. Le maïs connaît aussi de grosses difficultés. Le soleil le brûle sur pied et la récolte est impossible. Le rendement a baissé de 20% pour ce végétal.

D'après le site Agrizone, ce manque d’eau a aussi un impact sur les cultures du futur. Un sol trop sec ne permet pas de planter les graines nécessaires pour la production de l’an prochain. Il est donc possible que la sécheresse actuelle ait encore des répercussions sur l’agriculture dans les mois qui viennent. Autre impact, le manque d’eau altère fortement la qualité des sols. Les végétaux qui poussent sur ces terres appauvries sont de qualité moindre. L’alimentation des animaux est alors, elle aussi, de moins bonne qualité ce qui provoque pour les vaches, par exemple, une production de lait en baisse. Des conséquences financières sont aussi naturellement présentes. Un agriculteur qui ne peut pas irriguer ses terres va perdre sa production.

15:24 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.